Lectures Lectures

Retour

La TCC pour traiter l'anxiété gériatrique

Ce mois-ci, je vous présente un article portant sur la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : un traitement de choix pour les personnes âgées anxieuses (Grenier et Payette, 2013). Voici un résumé qui présente un bref portrait de la situation en ce qui a trait à l’anxiété gériatrique, ainsi que des données probantes sur l’efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale chez cette clientèle.

L’anxiété chez la personne aînée

L’anxiété est un phénomène très présent chez les aînés. L’anxiété gériatrique est fortement associée à la dépression. Elle est également associée aux douleurs chroniques et à plusieurs autres conditions médicales. Son traitement rapide et efficace est déterminant pour la santé de la personne aînée, car l’anxiété peut engendrer des conséquences importantes. Par exemple : perturbation du fonctionnement quotidien, détérioration du bien-être générale, dépression, surutilisation des services de santé (notamment en première ligne), augmentation du risque de mortalité, etc.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour traiter l’anxiété chez les aînés

Les éléments suivants permettent aux auteurs d’affirmer que la TCC représente une alternative intéressante et judicieuse au traitement pharmacologique usuel.

- La TCC est une approche thérapeutique de courte durée réputée efficace pour traiter l’anxiété en générale et entraînant des résultats rapides. On constate cependant que peu de recherches ont été faites pour valider l’efficacité de cette approche chez les personnes aînées anxieuses.

- Il est souhaitable de diminuer ou de limiter les traitements pharmacologiques chez les aînés qui consomment déjà plus de médicaments que les 18-64 ans ayant des conditions de santé similaire.

- Les traitements pharmacologiques pour traiter l’anxiété comportent des risques et des effets indésirables plus grands pour les aînés que pour les personnes plus jeunes (confusion, perte de mémoire, risques de chutes).

- Lorsqu’on leur donne le choix, plusieurs personnes aînées choisissent de participer à un suivi thérapeutique plutôt que de prendre une médication supplémentaire.

Les auteurs soulignent toutefois que la TCC n’est pas aussi efficace chez les ainés que chez les adultes plus jeunes et que d’autres recherches sont nécessaires pour optimiser les interventions cognitivo-comportementales proposées à ces usagers.

Quelques outils proposés dans l’article intégral

Les auteurs mettent à votre disposition

- un tableau qui décrit sommairement les différents troubles anxieux et qui donne des exemples concrets de la façon dont ils peuvent se manifester chez la personne aînée,

- un tableau qui met lumière les principaux enjeux de la TCC en gériatrie et qui propose des pistes d’actions concrètes pour y faire face,

- une vignette clinique qui illustre la mise en place de la TCC avec une personne aînée anxieuse.

Quelles sont vos réactions à la lecture de ce résumé (ou de l’article intégral)? Quelles sont les approches privilégiées par vos équipes pour le traitement de l’anxiété chez  la personne aînée? Je vous invite à écrire vos commentaires ICI