Membership Membership

 

Qu'est-ce que la CvPAînés?

 

Afin de soutenir la configuration d’un continuum performant et pertinent de services aux aînés, la Communauté virtuelle de pratique du continuum aînés (CvPAînés) rassemble, depuis février 2016, des gestionnaires (tâches de gestion et/ou encadrement et/ou coordination et/ou charge de projet) et des chercheurs qui souhaitent échanger à propos de l'organisation des services aux aînés.

 

 

 

Vous désirez devenir membre de cette communauté?

 

Cliquez ici pour remplir le formulaire.

 

Lectures Lectures

Retour

Le sens du travail au soutien à domicile

Le sens du travail au soutien à domicile

 

La notion de sens du travail en est une utilisée à plusieurs usages et déclinaisons. Estelle Morin, professeur titulaire à HEC définit entre autres le sens du travail comme « la signification, la représentation qu’une personne se fait du travail et la valeur qu’elle lui attribue »5.

 

Différents auteurs ont tenté d’identifier dans le travail ce qui lui donne du sens :

  • Une variété de tâches qui fait appel à différentes compétences2
  • Un résultat du travail qui est tangible ou identifiable2 ou une contribution sociale qui fait du sens4
  • La signification ou l’impact du travail sur les autres2
  • Les défis associés au travail4
  • L’apprentissage continu4
  • L’autonomie4
  • Le support et la reconnaissance4

 

Dans le domaine de la santé et des services sociaux et spécifiquement au soutien à domicile :

  • Les interactions et relations avec les autres (collègues, gestionnaires, usagers et leurs proches) 7
  • La volonté de faire une différence dans la vie des gens7
  • La possibilité d’influencer son milieu de travail (les procédures, l’environnement, …)9
  • Spécifiquement pour les travailleurs qui soutiennent les usagers en perte d’autonomie dans l’accomplissement des AVQ (exemple les ASSS), les recherches ont fait ressortir qu’ils donnent du sens à leur travail sachant que leur travail améliore concrètement la vie des gens6.

 

Différents travaux ont permis d’identifier 3 voies par lesquelles les personnes vivent le sens de leur travail : le travail est une vocation8, le travail est une carrière8 ou encore le travail est un emploi8.

 

Dans le monde de la santé et des services sociaux et même spécifiquement chez les travailleurs des équipes de soutien à domicile, on reconnaît ces trois voies.

  1. Ceux pour qui le travail est une vocation (nurturer7) vont certainement accorder beaucoup d’importance aux besoins psychologiques et affectifs de leurs usagers7. Ils apprécient particulièrement dans leur travail passer du temps avec les gens, bien connaître leurs usagers et leurs besoins7, leur travail leur apporte quelque chose7.
  2. Ceux pour qui le travail est une carrière (professional7) vont développer le sens du travail dans l’accomplissement de leur professionnalisme7. Ils veulent bien utiliser leur temps au service de leurs usagers et avoir des opportunités d’exercer leurs compétences7.
  3. Ceux pour qui le travail est un emploi (worker7) bien qu’ils apprécient d’être en contact avec des gens dans leur travail, considèrent leur emploi comme un moyen de payer les comptes7. Le sens qu’ils donnent à leur travail est lié à la sécurité d’emploi et les avantages monétaires7.

 

Dans les travaux de Strange Nielsen & Jorgensen (2015), il est ressorti que tous les employés, des travailleurs en soutien à domicile, peu importe sur quoi s’appuie le sens du travail s’efforcent de faire une différence dans la vie des gens7. Plus encore, les travailleurs ont mentionné que c’est cette préoccupation qui leur permet de poursuivre malgré les difficultés et les défis7.

 

Un travail qui fait du sens : quels sont les impacts ?

On constate que lorsque les travailleurs en soutien à domicile ressentent un sens dans leur travail, cela a un effet positif sur la qualité des soins et des services1 ainsi que sur la résilience des travailleurs face aux défis1. Également, on reconnaît que le sens donné au travail influence la satisfaction au travail, la performance individuelle et la motivation7.

 

À l’inverse, le non-sens du travail, par exemple lorsqu’un travailleur répond aux exigences du travail à l’encontre du sens qu’il lui attribue, on constate que son adaptation peut être synonyme de désengagement3. Concrètement, lorsque le travail devient déshumanisé, que « les personnes sont des ressourcesles temps de travail sont réduits à l’urgence, les rythmes de travail s’accélèrent » 5 nous sommes à risque, dans nos organisations, de créer du non-sens.

 

Soutien, engagement, satisfaction, … des rapprochements ?

Dans le domaine de la santé et des services sociaux, des liens ont été identifiés entre le sens donné au travail et différentes caractéristiques des milieux de travail et individuelles. Tout d’abord, le soutien perçu et le sentiment de sécurité au travail sont des caractéristiques des milieux de travail qui influencent le sens donné au travail1. Sur le plan des caractéristiques individuelles, on note que l’engagementl’affiliation à son organisationla satisfaction du travail et l’autodétermination ont également de l’influence sur le sens donné au travail1.

 

Ce sujet vous intéresse ? Demeurez à l’affût pour plus de contenu à venir sur le sens donné au travail ;)

 

« Le travail est une activité par laquelle une personne se définit, s’insère dans le monde, actualise son potentiel et crée de la valeur, ce qui lui donne, en retour, le sentiment d’accomplissement et d’efficacité personnelle, voire peut-être un sens à sa vie » 5

 

« Le travail est une activité très importante pour les humains et pour la société. Le travail est avant tout une activité par laquelle une personne s’insère dans le monde, exerce son talent, se définit, actualise son potentiel »5

 

Références :

  1. Berta, W., Laporte, A., Perreira, T., Ginsburg, L., Rohit Dass, A., Deber, R., . . . Neves, P. (2018). Relationships between work outcomes, work attitudes and work environments of health support workers in Ontario long-term care and community care settings. Human Resources for Health.
  2. Hackman et Oldman, 1980 dans Morin, 2016
  3. Kasl, 1992 dans Morin, 2016
  4. Ketchum & Trist, 1992 dans Morin, 2016
  5. Morin, E. (2016). Donner un sens au travail. Récupéré sur https://orius.fr/2016/10/12/estelle-m-morin-donner-un-sens-au-travail/
  6. Stacey, C. (2005). Finding dignity in dirty work : the constraints and rewards of low-wage hame care labour. Sociology of Health & Illness, pp. 831-853.
  7. Strange Nielsen, M., & Jorgensen, F. (2015). Meaning creation and employee engagement in home health caregivers. Caring Sciences, pp. 57-64.
  8. Wrzesniewski, McCauley, Rozin & Schwartz, 1997 dans Morin 2016
  9. Yepes-Baldo, M., Romeo, M., Westerberg, K., & Nordin, M. (2018). Job crafting, employee well-being and quality of care. Western Journal or Nursing Research, pp. 52-66

Des chroniques pour mieux vieillir Des chroniques pour mieux vieillir

Des chercheurs du CIUSSS de l’Estrie – Chus présenteront des chroniques pour mieux vieillir à l'émission de radio Par ici l'Info de Radio-Canada.

 

Des chercheurs du CIUSSS de l’Estrie – CHUS seront de passage à l’émission de radio Par ici l’Info de Radio-Canada (101,1 FM à Sherbrooke). Les chroniques auront pour objectif d’informer la population sur différents sujets en lien avec le vieillissement. Le mercredi à 8 h 20, une semaine sur deux, les chercheurs donneront donc des conseils aux auditeurs et partageront leurs connaissances avec ceux-ci. Les sujets traités seront inspirés des recherches réalisées par les chercheurs, mais le contenu diffusé en ondes sera adapté au grand public. Les chercheurs s’appliqueront à vulgariser et à rendre accessible à tous la discussion qu’ils auront avec l’animatrice Renée Dumais-Beaudoin. Les chroniques débuteront dès le 2 octobre 2019 et se poursuivront jusqu’au 3 juin 2020.

 

Écoutez les chroniques suivantes cet automne 2019 et hiver 2020

   
2 octobre: Comment faire respecter les droits des aînés? ? par Marie Beaulieu, chercheuse au CdRV.
16 octobre: Que faut-il prendre en considération quand on choisit une habitation pour aînés? ? par Christyne Lavoie, agente de recherche au CdRV. (8h24)
30 octobre: Participation sociale : l’importance des loisirs pour les personnes aînées ? par Mélanie Levasseur, chercheuse au CdRV. (8h23)
13 novembre: Ergothérapie : comment adapter sa salle de bain ? par Manon Guay, chercheuse au CdRV. (8h22)
27 novembre: Quelles activités physiques réaliser pour rester en santé quand on vieillit? par Eléonor Riesco, chercheuse au CdRV.
11 décembre: Comment percevons-nous la douleur?  par Guillaume Léonard, chercheur au CdRV.
29 janvier: Comment conserver une bonne santé cognitive lors du vieillissement par Christian Bocti
12 février: Quelles activités physiques réaliser pour rester en santé quand on vieillit par Eléonor Riesco
26 février: La prévention des fractures de fragilité par François Cabana (CRCHUS)
11 mars: Les comportements à adopter pour se rétablir d’un AVC par Marie-Hélène Milot
25 mars: La participation sociale et l'ergothérapie : sujets au coeur de la pandémie par Mélanie Levasseur
8 avril: Âgisme et protection des aînés par Marie Beaulieu
22 avril:

    Consommation de cannabis chez les aînés par Louis Gendron (CRCHUS)

6 mai: Les aînés et leur choix de lieu de vie par Nathalie Delli Colli
20 mai: Quels aliments manger pour conserver une bonne santé lors du vieillissement par Nancy Presse
3 juin: État psychosocial des personnes aînés suite au confinement par Lise Gagnon
   

    

 

Les chroniques seront aussi disponibles sur le site de Radio-Canada après leur diffusion en onde.

 

CdRV et  Radio-Canada :  (voir mercredi 8 h 20)