Membership Membership

 

Qu'est-ce que la CvPAînés?

 

Afin de soutenir la configuration d’un continuum performant et pertinent de services aux aînés, la Communauté virtuelle de pratique du continuum aînés (CvPAînés) rassemble, depuis février 2016, des gestionnaires (tâches de gestion et/ou encadrement et/ou coordination et/ou charge de projet) et des chercheurs qui souhaitent échanger à propos de l'organisation des services aux aînés.

 

 

 

Vous désirez devenir membre de cette communauté?

 

Cliquez ici pour remplir le formulaire.

 

Lectures Lectures

Retour

Quels sont les facteurs influençant le partenariat entre la famille et le personnel soignant?

Quels sont les facteurs influençant le partenariat entre la famille et le personnel soignant?

L’implication de la famille dans la vie de son proche hébergé est essentielle pour favoriser une approche personnalisée des soins. En effet, l’expertise de la famille quant à l’histoire de vie de la personne âgée peut être bénéfique pour le bien-être de cette dernière. Néanmoins, encore faut-il que la famille se sente écoutée et considérée afin qu’une relation de confiance et de collaboration puisse s’installer entre elle et le personnel soignant. En outre, pour que les familles puissent bien faire leur rôle d’aidant, il est nécessaire de leur offrir du soutien afin de favoriser l’acceptation du placement de leur proche en CHSLD et de leur permettre d’intégrer leur nouveau rôle dans cette situation. Mais comment??

Ce résumé porte sur l’étude qui a été menée en 2018 par Mylène Galarneau et Nicole Ouellette dans un CHSLD de la région du Bas-Saint-Laurent. Cette étude avait pour but d’explorer les facteurs influençant le partenariat entre les familles d’une personne âgée hébergée et le personnel soignant d’un CHSLD.

L’article intégral est disponible dans notre bibliothèque virtuelle.

Bonne lecture !

 

Les facteurs relationnels

En ce qui concerne les attitudes, les familles considèrent positivement le personnel soignant étant capable de démontrer par le toucher de l’affection non infantilisante aux résidents (une main posée sur l’épaule ou un câlin). De plus, lorsque le personnel prend le temps d’écouter et de répondre aux interrogations de la famille, celle-ci se sent traitée équitablement. Il peut cependant arriver que « le personnel soignant constate les insatisfactions de la famille, mais ne se sente pas nécessairement apte à les aider »[1]. Les familles rapportent alors un manque de reconnaissance de leur expertise.

Ainsi, les émotions vécues par les familles, ajoutées à un manque de reconnaissance conduisent à un bris de communication entre les familles et le personnel soignant.

Pour ce qui est des connaissances, l’étude mentionne que le personnel soignant souhaite personnaliser les soins. Ainsi, l’expertise familiale est essentielle.

Quant aux perceptions des familles concernant le proche hébergé, elles sont différentes de celles des soignants. En effet, les familles ont une vision de leur proche antérieure à la maladie (tournée vers le passé), tandis que le personnel soignant a une vision plutôt tournée vers la progression de la maladie et du décès (vers l’avenir).

Facteurs influençant le partenariat famille/personnel soignant[2]

Thème

Sous-thèmes

Description des sous-thèmes

Facteurs relationnels

 

Attitudes

 

  • Toucher et témoignages d’affection;
  • Disponibilité et écoute du personnel soignant;
  • Gestion des émotions de la famille;
  • Manque de reconnaissance de l’expertise familiale;
  • Bris de communication.

 

 

Connaissances et perceptions

 

  • Informations transmises par la famille pour personnaliser les soins;
  • Perceptions figées des familles sur le résident : tournées vers le passé;
  • Perceptions anticipées du personnel soignant sur le résident : tournées vers l’avenir;
  • Attentes irréalistes de la famille.

 

 

 

Les facteurs organisationnels

En ce qui concerne les procédures d’administration, elles semblent être un obstacle aux relations avec la famille. En effet, il n’existe pas d’offre systématique de visite de préparation. Qui plus est, l’administration s’effectue souvent de manière précipitée : les familles doivent donner leur accord rapidement sous peine de perdre la place de leur proche. À cela s’ajoute une quantité d’informations beaucoup trop grande communiquée le jour de l’admission.

Pour ce qui est des moyens de communication, il semble que les relations entre les membres du personnel soignant et les familles soient facilitées par les rencontres interdisciplinaires parce qu’elles sont basées sur la réalité actuelle du résident. De plus, « les appels téléphoniques ponctuels de la part de l’infirmière ou du médecin lors d’incidents, d’accidents ou de changements dans l’état de santé sont essentiels au lien de confiance ».[3]

Quant à la stabilité du personnel soignant, elle s’avère indispensable au suivi et au lien de confiance avec la famille. Le manque de personnel, quant à lui, occasionne la perte de services pour les usagers et même une accélération de certaines pertes d’autonomie.

Finalement, en ce qui concerne la planification des tâches, les horaires rigides ne sont pas compatibles avec l’approche de milieu de vie et ne facilitent pas le lien de partenariat.

Facteurs influençant le partenariat famille/personnel soignant[4]

Thème

Sous-thèmes

Description des sous-thèmes

Facteurs organisationnels

 

Procédures d’admissions

 

  • Préparation à l’hébergement;
  • Précipitation et abondance d’information.

 

Moyens de communication utilisés

  • Réunion interdisciplinaire (plan d’intervention individualisé);
  • Appel téléphonique par l’infirmière et le médecin pour les bilans de santé.

 

 

Stabilité du personnel et manque de personnel

  • Soins, autonomie et sécurité;
  • Continuité des soins et information transmises aux familles.

 

Planification des tâches

  • Horaire rigide.

 

 

 

 

ET VOUS?

  • Comment s’illustre l’approche de partenariat avec les proches aidants d’aînés dans les CHSLD de votre région?
  • Quels sont les facteurs facilitant ce partenariat dans votre milieu?

 

N’hésitez pas à utiliser le forum de discussion pour échanger à propos de ce texte avec vos pairs en cliquant ICI

 

Référence :

Mylène Galarneau et Nicole Ouellette. « Intervenir en partenariat avec les familles des personnes âgées hébergées en CHSLD, c’est possible! », 2018.

URL  https://revue-infirmiereclinicienne.uqar.ca/Parutions/documents/GalarneauetOuellet_2018_vol15_no1pp15-26_000.pdf

 

[1] Mylène Galarneau et Nicole Ouellette, p. 19

[2] Mylène Galarneau et Nicole Ouellette, p. 19

[3] Mylène Galarneau et Nicole Ouellette, p. 21

[4] Mylène Galarneau et Nicole Ouellette, p. 19


Des chroniques pour mieux vieillir Des chroniques pour mieux vieillir

Des chercheurs du CIUSSS de l’Estrie – Chus présenteront des chroniques pour mieux vieillir à l'émission de radio Par ici l'Info de Radio-Canada.

 

Des chercheurs du CIUSSS de l’Estrie – CHUS seront de passage à l’émission de radio Par ici l’Info de Radio-Canada (101,1 FM à Sherbrooke). Les chroniques auront pour objectif d’informer la population sur différents sujets en lien avec le vieillissement. Le mercredi à 8 h 20, une semaine sur deux, les chercheurs donneront donc des conseils aux auditeurs et partageront leurs connaissances avec ceux-ci. Les sujets traités seront inspirés des recherches réalisées par les chercheurs, mais le contenu diffusé en ondes sera adapté au grand public. Les chercheurs s’appliqueront à vulgariser et à rendre accessible à tous la discussion qu’ils auront avec l’animatrice Renée Dumais-Beaudoin. Les chroniques débuteront dès le 2 octobre 2019 et se poursuivront jusqu’au 3 juin 2020.

 

Écoutez les chroniques suivantes cet automne 2019 et hiver 2020

   
2 octobre: Comment faire respecter les droits des aînés? ? par Marie Beaulieu, chercheuse au CdRV.
16 octobre: Que faut-il prendre en considération quand on choisit une habitation pour aînés? ? par Christyne Lavoie, agente de recherche au CdRV. (8h24)
30 octobre: Participation sociale : l’importance des loisirs pour les personnes aînées ? par Mélanie Levasseur, chercheuse au CdRV. (8h23)
13 novembre: Ergothérapie : comment adapter sa salle de bain ? par Manon Guay, chercheuse au CdRV. (8h22)
27 novembre: Quelles activités physiques réaliser pour rester en santé quand on vieillit? par Eléonor Riesco, chercheuse au CdRV.
11 décembre: Comment percevons-nous la douleur?  par Guillaume Léonard, chercheur au CdRV.
29 janvier: Comment conserver une bonne santé cognitive lors du vieillissement par Christian Bocti
12 février: Quelles activités physiques réaliser pour rester en santé quand on vieillit par Eléonor Riesco
26 février: La prévention des fractures de fragilité par François Cabana (CRCHUS)
11 mars: Les comportements à adopter pour se rétablir d’un AVC par Marie-Hélène Milot
25 mars: La participation sociale et l'ergothérapie : sujets au coeur de la pandémie par Mélanie Levasseur
8 avril: Âgisme et protection des aînés par Marie Beaulieu
22 avril:

    Consommation de cannabis chez les aînés par Louis Gendron (CRCHUS)

6 mai: Les aînés et leur choix de lieu de vie par Nathalie Delli Colli
20 mai: Quels aliments manger pour conserver une bonne santé lors du vieillissement par Nancy Presse
3 juin: État psychosocial des personnes aînés suite au confinement par Lise Gagnon
   

    

 

Les chroniques seront aussi disponibles sur le site de Radio-Canada après leur diffusion en onde.

 

CdRV et  Radio-Canada :  (voir mercredi 8 h 20)