Lectures Lectures

Retour

Les communautés virtuelles de pratique : pertinence et bénéfices pour les utilisateurs et les organisations

Les communautés virtuelles de pratique: pertinence et bénéfices pour les utilisateurs et les organisations

 

En novembre 2017, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a publié une étude présentant les grandes lignes et les apports en santé publique des communautés virtuelles de pratique. Mettant de l’avant un concept d’apprentissage en interaction avec les autres, cet outil de transfert des connaissances est de plus en plus populaire puisqu’il est adapté à la réalité des intervenants et des gestionnaires. En effet, les praticiens préfèrent souvent avoir recours aux pairs qui contextualisent l’information plutôt que de consulter des ressources documentaires.

Voici un bref aperçu du travail présenté par l’INSPQ. Celui-ci vous permettra de mieux cerner votre rôle au sein de la CvP du continuum Aînés ainsi que la participation active par laquelle vous pouvez y contribuer.

 

Une communauté de pratique, c’est :

« des groupes de personnes qui se rassemblent afin de partager et d’apprendre les uns des autres, face à face ou virtuellement. Ils sont tenus ensemble par un intérêt commun dans un champ de savoir et sont conduits par un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils et les meilleures pratiques. Les membres de la communauté approfondissent leurs connaissances en interagissant sur une base continue et à long terme, ils développent ensemble de bonnes pratiques » (Wenger, McDermott et Snyder, 2002)

 

 

En tant que participant à une CvP, quel est mon rôle ?

On s’attend à ce que des membres d’une CvP :

  • Partagent des pratiques prometteuses ou novatrices, des expériences, des leçons apprises;

  • Partagent des conseils, avis, idées, ressources, outils, informations;

  • Posent des questions aux autres membres;

  • Soient à l’écoute des problèmes rencontrés par les autres membres et proposent des pistes de solution.

Tous les membres d’une CvP doivent être conscients qu’ils n’accèdent pas seulement à un service, mais qu’ils s’engagent dans une relation exigeant une participation active de leur part.

 

Quelle utilisation puis-je en faire?

L’un des points clés d’une CvP est qu’elle s’appuie sur les besoins de ses utilisateurs pour le développement de son contenu. Celle-ci favorise les interactions sociales, tout en mobilisant les différents types de connaissances. La variété de contenu et la richesse des connaissances de ses membres permettent aux utilisateurs d’en tirer profit en fonction de leurs propres besoins.  Par exemple :

  • Accéder rapidement à de riches sources d’information notamment des données probantes;

  • Accéder rapidement à l’expertise des membres et experts consultés;

  • Réfléchir sur des enjeux communs;

  • Favoriser l’harmonisation des pratiques;

  • Maintenir les connaissances à jour et en favoriser l’application.

 

 

Quels bénéfices puis-je en tirer?

 

Selon l’étude de l’INSPQ, les membres d’une communauté de pratique retirent plusieurs bénéfices concrets de leur implication :

 

  • Augmenter le sentiment d’identité professionnelle;

  • Acquérir et maintenir à jour ses connaissances;

  • Améliorer ses compétences professionnelles;

  • Épargner du temps : optimisation du temps de recherche;

  • Comprendre les visions et les idées des pairs;

  • Éprouver une satisfaction personnelle à faire partie d’un groupe de personnes.

 

À quels types d’activités puis-je participer sur la CvP ?

Les communautés de pratique proposent généralement diverses activités adaptées aux besoins et préférences des membres, comme par exemple :

  • Forum de discussion

  • Webinaires

  • Discussions de cas

  • Trousse d’outils

  • Conférences par un expert invité

 

En tant que membre d’une CvP, comment puis-je interagir avec les autres ?

 

Il existe plusieurs facteurs qui peuvent freiner la participation des membres à une communauté de pratique, comme par exemple : la crainte de ne pas être pertinent, le manque de temps, une culture organisationnelle qui ne favorise pas le partage des connaissances, etc. Voici néanmoins quelques pistes d’actions simples et accessibles pour contribuer de façon satisfaisante à une CvP.

 

  • Faire un appel à tous

  • Répondre à une question posée par un membre

  • Émettre un commentaire

  • Faire une recommandation

  • Présenter une expérience probante